Assistance nutritionnelle

QU’EST-CE QU’UNE ASSISTANCE NUTRTIONNELLE ?
Certains patients atteints de maladie du motoneurone ont des difficultés à avaler les aliments ou les liquides : soit parce que les aliments passent mal, soit parce qu’ils passent de travaers en entraînant des accès de toux (ce sont les fausses-routes aliemntaires).

Si les difficultés deviennent plus importantes, la quantité d’aliments absorbés n’est plus suffisante pour couvrir les besoins de l’organisme, ce qui aggrave la faiblesse. Il est donc important de disposer d’un système d’assistance nutritionnelle, qui peut être temporaire ou définitif.

Plusieurs solutions se présentent :

La perfusion : c’est une bonne solution pour une durée courte, quand il existe par exemple une mauvaise hydratation. La perfusion permet de faire passer les liquides sous forme de solution de glucose mais aussi les lipides et les protéines. Cependant, au-delà de quelques jours, cette méthode devient trop compliquée.

La sonde gastrique : c’est un tuyau fin qui passe par le nez et descend jusque dans l’estomac. Cette méthode est simple et efficace. Elle peut permettre de corriger rapidement les problèmes d’hydratation ou de carence nutritionnelle. Au-delà de plusieurs jours, cette méthode peut devenir désagréable, le nez et la gorge sont irrités rapidement.

La gastrostomie : si les difficultés d’alimentation doivent durer plusieurs semaines, il vaut mieux proposer une gastrostomie.

LA GASTROSTOMIE

Comment se fait une gastrostomie

Il existe deux techniques :

  • La gastrostomie percutanée par voie endoscopique : c’est une méthode non chirurgicale qui permet de poser directement une sonde d’alimentation dans l’estomac. On utilise la même technique que celle qui permet de rechercher un ulcère, c’est-à-dire à l’aide d’un fibroscope introduit dans l’estomac. Ce fibroscope permet la mise en place dans l’estomac d’une petite sonde souple d’environ 1 cm de diamètre. La sonde ne sort pas par le nez mais par un petit orifice sur l’abdomen où elle est fixée. Cette intervention ne nécessite pas d’anesthésie générale. Le geste dure moins d’une heure dans sa totalité, il n’est pas douloureux car une anesthésie locale est pratiquée, ainsi qu’une prémédication.
  • On peut proposer une autre technique pour laquelle il faut faire une petite intervention sous anesthésie locale, au cours de laquelle on n’utilise pas de fibroscope. Ce geste dure également moins d’une heure. Les points sont enlevés avant le retour au domicile.

Dans les 2 cas, un traitement antibiotique est prescrit avant et 48 heures après le geste.

L’alimentation par la sonde gastrique commencera 24 heures après l’intervention. Elle est débutée à l’hôpital pour habituer progressivement l’estomac à ce type d’alimentation. La durée de l’hospitalisation est de 5 jours environ.

  Les précautions habituelles

Il vaut mieux que l’alimentation par sonde se fasse le malade assis, pour éviter une remontée des aliments ou du suc gastrique dans l’estomac. Au début, on fait passer de petites quantités d’alimentation. Ces quantités sont progressivement augmentées pour atteindre les apports nutritionnels nécessaires. Les préparations sont données à température ambiante. Les médicaments peuvent être donnés par la sonde après avoir été écrasés et dissous dans de l’eau. Après chaque passage l’aliment ou de médicament, la sonde doit être rincée avec de l’eau pour éviter son obstruction par des résidus alimentaires. IL ne faut jamais forcer pour déboucher une sonde.

L’alimentation par la sonde n’empêche pas de boire ou de se nourrir par la bouche en même temps, pour le plaisir de manger.

Entre les repas, la sonde est protégée par un pansement simple et on peut s’habiller normalement. Il est possible de prendre un bain à condition de protéger la sonde par une poche plastique adhésive spéciale. Les sondes sont bien tolérées et la durée d’utilisation peut aller jusqu’à 3 ans. La sonde peut être retirée n’importe quand par le chirurgien, sans intervention : l’orifice se referme alors spontanément.

Quelle alimentation pour la gastrostomie ?

Les produits de nutrition sont prescrits par le médecin hospitalier où a été effectuée l’intervention. Ils sont délivrés régulièrement par la pharmacie hospitalière. La prise en charge par la Sécurité Sociale couvre à 100% l’ensemble du matériel et des produits de nutrition. Les produits sont stockés dans un endroit propre, à l’abri de la chaleur. Tout produit ouvert doit être utilisé dans les 6 heures qui suivent. Les produits de nutrition se présentent sous forme de flacons. Ils passent par la sonde de gastrostomie comme pour une perfusion.

La nutrition quotidienne

Avant toute chose, se laver soigneusement les mains. Chaque flacon de nutrition entérale doit passer pendant une durée d’une heure environ. Un passage trop rapide pourrait entraîner des douleurs abdominales et une diarrhée. Il est indispensable de rincer soigneusement la sonde pour éviter qu’elle ne se bouche. A chaque interruption ou après chaque redémarrage de la nutrition, le rinçage se fait avec une seringue d’eau adaptée à la tubulure de la sonde.

Les soins quotidiens

Nettoyer chaque jour au savon de Marseille le point d’entrée de la sonde. Bien rincer et bien sécher. S’il existe une rougeur au point d’entrée de la sonde, appliquer après le nettoyage au savon, de la Bétadine dermique. Vérifier la bonne position de la sonde, surtout pendant le passage de la nutrition.

Les situations particulières

En cas de diarrhée : augmenter le temps de passage du produit, administrer l’eau à distance du passage du produit.

En cas de constipation : intercaler dans la journée un produit enrichi en fibre.